dimanche 12 avril 2009

Londres, la ville où la vie est moins chère

La dégringolade de la livre sterling a donné un sacré coup de fouet à leur pouvoir d'achat britannique. Ajoutez à ça la récession qui touche notre voisin européen, la multitude de promotions et rabais en tout genre : en quelques mois, Londres est devenue une destination où l'on peut aller passer un week-end ou des vacances sans se ruiner. Voire en faisant de bonnes affaires.
"Profitez de la livre sterling et offrez-vous Londres et son shopping. Bénéficiez de tarifs jusqu'à 20 % moins chers qu'en France", vante Eurolines sur son site qui propose l'aller simple Paris-Londres à 19 euros. Au-delà des campagnes publicitaires diverses et variées sur les vertus du shopping à Londres, les faits sont bel et bien là. Une étude de l'Economist Intelligence Unit, publiée en mars, classe désormais la capitale britannique au 27e rang des villes les plus chères, alors qu'elle arrivait à la huitième place il y a six mois et à la troisième il y a un an. Tokyo, Osaka et Paris occupent les trois premières places. "Il n'y a jamais eu de meilleure période pour visiter Londres", juge Boris Johnson, le maire de la capitale. Ce classement est établi à partir d'une liste de 160 prix, qui concernent aussi bien la nourriture que le taxi, les journaux ou encore les biens électroniques. Il ne tient pas compte du prix des logements.

Dernières combines